Mot du Directeur Général

L’Institut de Financement du Développement du Maghreb Arabe (I.FI.D) a été créé par les États tunisien et algérien en 1981 pour dispenser une formation permettant à ses bénéficiaires d’obtenir un diplôme post-Maîtrise dans les domaines en relation avec le financement du Développement, et plus particulièrement, ceux de la Banque et de l’Assurance.

Vecteur d’ouverture et de rapprochement entre les pays maghrébins, cette Institution s’est distinguée dès sa création, notamment, par rapport à ce qui prévalait dans son environnement proche et lointain par la spécificité et la qualité de sa formation qui lui ont permis pendant des années de satisfaire, de manière tout à fait remarquable, à sa mission et aux attentes de ceux qui l’ont créée et plus particulièrement à ceux qui l’ont sponsorisée, à savoir les Banques et les Assurances des deux pays.

En effet, avec 1806 IFIDARDS formés sur 34 promotions, l’I.FI.D peut s’enorgueillir d’avoir contribué au relèvement du capital humain, de l’expertise et du taux d’encadrement dans ces deux secteurs qui comptent aujourd’hui dans plusieurs de leurs établissements, en Tunisie, en Algérie et en Mauritanie et au plus haut niveau de la décision, des anciens diplômés de l’I.FI.D.

Préserver le rayonnement de cette Institution et promouvoir davantage son rôle au service des économies maghrébines en contribuant à les doter des compétences requises par l’amélioration de la compétitivité de leur secteur financier constituent autant de considérations ayant motivé la dynamique réformatrice engagée à partir de Septembre 2003.

Il convient, en effet, de faire observer que cette dynamique, qui s’est poursuivie tout au long de la dernière période et qui a permis à l’I.FI.D de réussir pleinement son repositionnement stratégique, s’est traduite par un ensemble cohérent d’actions ayant pratiquement touché tous les domaines en rapport avec les activités de l’Institut pouvant être synthétisé comme suit :

Au niveau de la Formation Longue :

  • Réforme profonde des programmes,
  • Refonte totale du Concours,
  • Réduction de la taille des Promotions,
  • Changements appréciables au niveau du Corps Enseignant,
  • Mise en place d’une Agence Bancaire Ecole, d’une Agence Assurance Ecole et d’une Salle de Marchés.
  • Supports des cours sur Intranet,
  • Enrichissement du Fonds documentaire par 1000 titres nouveaux et spécialisés en Finance, en Banque et en Assurance et mise en place d’une Application Informatique de gestion du Fonds documentaire,
  • Aménagement d’une salle de lecture avec équipement informatique et connexion Internet

Au niveau de la Formation Continue et à la Carte

  • Conception et réalisation de Programmes de Formation à la Carte, de longue et de moyenne durées, aidant les Entreprises dans leurs politiques de mise à niveau de leur Personnel en Tunisie (BH, BTE, UIB, TQB, BEST-BANK, TUNIS-RE, CTAMA, O.N.P, O.C.T, G.C…) et en Algérie (CNEP-BANQUE, BADR, BDL, CGCI ...),
  • Mise en oeuvre de Certificats d’Aptitude aux Métiers de la Banque et de l’Assurance,
  • Organisation de Séminaires en Inter-entreprises sur des techniques de pointe et des thèmes d’actualités,
  • Organisation de Concours internes pour les Entreprises Publiques au profit de leur personnel administratif pour la promotion en grade.

Au niveau des Ressources Humaines et des Moyens Généraux

  • Aménagement de la bâtisse et amélioration des conditions de travail, notamment, par un renouvellement total des équipements des salles de formation et des équipements informatiques de l’Institut
  • Ajustement de l’effectif du Personnel Administratif.

C’est, par conséquent, pour donner un nouveau souffle à l’I.FI.D et lui permettre d’être en phase avec les évolutions observées et attendues de son environnement et de celui du secteur financier dans les différents pays maghrébins qu’a été conçue cette réforme dont les grandes lignes sont présentées dans ce document et sur ce site.

Une présentation qui a, également, pour objet de mieux faire connaître cette nouvelle dynamique de repositionnement de l’I.FI.D à toutes les parties concernées par son développement et dont la consolidation ne pourra réussir qu’avec leur soutien et la confiance qu’elles ont toujours accordé à cette Institution pour qu’elle reste un creuset du savoir, du rapprochement et de l’amitié entre les peuples maghrébins.